Courrier Mr Chirac
Accueil Qui suis- je Le Polyhandicap Drôles d'Histoires Actes  Maladresses Agrément 24ter Courriers Année 2001-2002 Problèmes d'Hygiènes La Goutte de Trop Le Tract de la Manif Ma manifestation Groupe Parents PH Mon Album Photos Infos Institut Infos Courrier Mr Chirac Contact et Liens

 

Mr et Mme PROU                                            Mouilleron le Captif, le 3 mars 2004

14 allée des Cerisiers

85000 Mouilleron le Captif

Tel 02 51 38 00 88

 

Monsieur le Président de la République,

 

Nous sommes les parents d’Amandine jeune fille polyhandicapée âgée de 17 ans. C’est au prix de sacrifices énormes, que nous avons pris la décision en juillet 2002, de retirer notre fille, avant qu’il ne soit trop tard pour sa santé, d’un établissement Vendéen absolument pas adapté au polyhandicap et qui n’avait pas pour vocation première de s’occuper de cela .

Après plusieurs faits, dont Amandine fut victime depuis 1995 , que nous parents, qualifions de graves , le dernier en juin 2002 a failli mettre un terme à sa vie. Devant le peu d’écoute reçu des services de l’État sur le département de la Vendée, plus enclin à protéger un système , à diviser les familles que de les aider et devant notre écœurement face à une situation et des faits que personne ne désire comprendre , nous avons déposé une plainte au tribunal de la Roche sur Yon en Vendée en novembre 2002.

Plainte pour délaissement d’une personne incapable de se protéger; privation de soins ou d’aliments compromettant la santé d’un mineur de 15 ans et sa sécurité par personne ayant autorité.

Malheureusement pour les personnes polyhandicapés en région des Pays de la Loire, nous n’avions pas d’autres solutions que cette prise en charge désastreuse au sein de cet institut que nous n’avions pas choisi, par manque de structures et de places dans les centres adaptés au polyhandicap.

Les parents de personnes handicapées doivent- ils accepter de devenir des citoyens de seconde zone?Sans que personne n’ose lever le petit doigt dans ce pays, qui se dit des droits de l’homme. Après le coup du sort que leur a affligé la vie par le handicap d’un proche, en étant obligé de sacrifier famille , travail , loisirs pour pouvoir assumer la garde de ce proche lourdement handicapé ; tout cela pour ne plus subir et être les complices de faits que nous qualifions de maltraitances , dans des institutions peu scrupuleuses, et regardantes sur la prise en charge des personnes lourdement handicapées , faisant ce qu‘elles veulent sur certains départements en toute impunité, avec les bienfaits de certains services protecteurs de l’État eux aussi peut regardant sur ce qui se passe à l‘intérieur de ces établissements.

Bientôt nous allons être obligé de quitter notre travail définitivement faute de structures adaptées et d’aide à domicile , ce qui nous conduira inévitablement vers la précarité ,Amandine nécessitant une tierce personne 24h sur 24h.

Suite à la manifestation que nous avions organisé le 26 octobre 2002 et du dépôt de plainte qui a suivi, les associations ont préféré se séparer des familles et des faits qui dérangent plutôt que de leur venir en aide.

L’association des paralysés de France, départementale et nationale nous ayant laissé tomber la veille de la manifestation , après plus de 15 années d‘adhésion et de bénévolat...

Et pourtant le délégué départemental compatissait pleinement aux douleurs des familles, lors des réunions qu‘il organisait .

L‘aide en milieu rural dont nous dépendons ne veut plus s’occuper de notre fille pour le simple motif ,uniquement verbal, qu’elle est trop lourdement handicapée, elle le faisait pourtant très bien auparavant .

Le seul point positif dans tout cela c’est que notre fille a obtenue un dossier COTOREP dès l’âge de 16 ans, chose impensable pour une personne aussi lourdement handicapée dans notre pays, peut- être que certaines personnes avaient envie de nous faire oublier qu’elles avaient délivré une notification de décision d’orientation de la CDES mentionnant l’agrément annexe 24 ter signé par l’inspecteur d’académie de la Vendée pour l’ institution qui accueillait Amandine lorsque à l’époque, avec d’autres parents nous réclamions un agrément, et tout cela deux ans avant la demande officielle !

Quelle attitude devons nous adopter ? Que doit- on penser face à de tels comportements irrespectueux envers les personnes les plus fragiles? Avons-nous le droit de ne pas réagir, d’être scandalisés, devons- nous nous taire ou ne pas être écoutés?

Qu’auriez- vous fait à la place de nous parents? Auriez-vous accepté de subir tout cela sans bouger, d’être sans cesse culpabilisé, par des services de l’État qui n’écoutent qu’une seule version des faits à chaque fois, mais jamais celle des familles? ( Pour votre information deux histoires de pédophilie différentes mettant en cause du personnel suivi de condamnation ont eu lieu dans cet institut en moins de quatre ans.)

Devons- nous penser qu’il faut attendre la mort de nos proches lourdement handicapés pour enfin nous permettre d’espérer le soulagement et la sérénité dont nous avons besoin, d’éviter ainsi une bonne fois pour toutes le si peu de respect, de considération et les sévices dont les personnes handicapées et leurs familles sont les victimes dans l‘indifférence la plus totale ?

Oui, la peine de mort existe dans ce pays, pour les familles qui ont simplement commis le crime d’être touchées par le handicap, condamnées à vie a, à se sacrifier sans répit pour s’occuper de leur proche, pour leur offrir le brin de bonheur que l‘État n‘est pas en mesure de leur accorder.

Nous vous invitons à venir découvrir notre département, et pas seulement la Vendée Touristique dont on vante sans cesse les mérites . Non! Notre Vendée à nous, celle d’une famille et son histoire avec une personne lourdement handicapée à domicile, une famille qui ne demande pas la lune, mais simplement une prise en charge décente et digne pour son enfant.

Nous avons espéré lors de votre élection. Nous avons espéré de l’année européenne des personnes handicapées et du projet de loi sur la maltraitance.

Maintenant que pouvons- nous espérer? Tout simplement une aide de votre part, Monsieur le Président de la République, pour que nous puissions vivre pleinement et ne pas passer à côté des choses essentielles de la vie dont le petit frère d’Amandine, que nous ne voyons pas grandir, a aussi besoin.

Toute notre histoire est racontée sur le site Internet que nous avons réalisé.

Amandine Polyhandicapée

amandine.prou

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.

 

Mr et Mme PROU